L'HOMME TENDANCE

L'homme Tendance: blog lifestyle pour hommes trendy, urbain, hypster, bobo,dandy gentlemen bikers

Les 5 points à contrôler à l’achat d’une moto d’occasion

5 points à contrôler à l’achat d’une moto d’occasion

Amateurs de deux roues, vous êtes à la recherche d’une moto d’occasion ? Pour s’assurer d’acheter une moto d’occasion en bon état et à un juste prix, découvrez les cinq points à contrôler avant de signer un chèque.

En effet, il est important de vérifier que la moto n’ait pas besoin de beaucoup de révisions. Les réparations étant synonymes de dépenses supplémentaires qui viennent s’ajouter au prix de la moto. Vous souhaitez sûrement profiter aussitôt de votre nouvelle monture. Vous n’avez pas envie d’avoir de mauvaises surprises. Pour toutes ces raisons, il convient de vérifier l’état de la bécane sous toutes les coutures.

contrôle d'une moto d'occasion
contrôle d’une moto d’occasion

Les papiers de la moto

Il faut savoir que pour réussir à vendre leur moto au prix fort, certains vendeurs n’hésitent pas à mentir sur l’année de mise en circulation ou vont jusqu’à truquer le compteur pour faire croire à l’acheteur que c’est une moto récente qui a encore peu roulé.

Heureusement, de telles pratiques restent rares. La vigilance est toutefois de mise pour éviter de tomber dans ce genre d’arnaque. Assurez-vous que la moto réponde bien à la description de l’annonce et que ses papiers sont en règle avant d’aller plus loin dans les échanges.

Précisément, demandez toujours à voir la carte grise. Ce contrôle permet de prendre connaissance de l’année de mise en circulation réelle de la moto. Profitez-en aussi pour vérifier que le numéro de châssis ou du cadre et celui inscrit sur le document sont bien identiques.

Le contraire amènerait à penser que le véhicule a été reconditionné, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une moto accidentée ou une épave remise en état. Dans ce cas, le vendeur doit avoir à sa disposition les papiers qui justifient ces changements. N’hésitez pas à les réclamer. Vous pouvez par la suite utiliser cet argument pour négocier le prix de vente.

Demandez aussi à voir le carnet d’entretien de la moto. Ce document permet d’avoir un aperçu de la régularité des révisions et du kilométrage réel du véhicule. L’historique des entretiens offre en plus une certaine assurance sur l’état du véhicule.

Si la moto est récente, ne manquez pas de demander au vendeur si la garantie constructeur est encore valide.

A défaut du carnet d’entretien, réclamez les factures d’achats de consommables et des opérations d’entretien pour vous faire une idée de la qualité de l’entretien de la moto.

L’apparence générale de la moto

Pour éviter de se retrouver avec une longue liste de réparations, prenez le temps d’examiner l’état général de la moto. Repérez les éventuels dommages qui risquent de coûter cher plus tard.

  • Passez au crible le carénage, la visserie, les rétroviseurs, les poignées, les différentes commandes, le bloc moteur, etc. Si vous constatez une surface non lisse, des éraflures, des bosses ou la moindre anomalie, n’hésitez pas à en demander la cause au vendeur. Il en va de même si vous voyez que des pièces ont été remplacées.
  • Méfiez-vous également des traces de rouille. Elles en disent beaucoup sur la qualité de l’entretien et l’état des pièces moins visibles.
  • En ce qui concerne le pot d’échappement par exemple, la présence de points de corrosion laisse à penser que la pièce est foutue. Vérifiez également la couleur des dépôts en fin de ligne.  Des traces blanches ou noires traduisent une mauvaise carburation. Normalement, ces dépôts doivent être marron.
  • Inspectez également les dessous de selle, le carter de boite et sous la garde boue avant. En cas de fuite d’huile ou de liquide de refroidissement, ces points ne manqueront pas de vous le révéler même si le vendeur a pris soin de bien nettoyer la moto pour vous la présenter sous son meilleur aspect.
  • Enfin, assurez-vous que les jantes, les roues et les pneus soient en bon état et permettent de rouler en sécurité. Pour la vérification, n’hésitez pas à effectuer quelques tests. Par exemple, placez la moto sur la béquille centrale et tournez la roue pour repérer un éventuel voilage.

Ces éléments sont essentiels pour la sécurité du motard. En cas d’anomalie, il faudra envisager une réparation. Ce qui risque de coûter cher. Ainsi, n’hésitez pas à négocier le prix en conséquence en cas d’usure avancée de la bande de roulement des pneus, une hernie ou des entailles sur leurs flancs, une déformation des jantes, des rayons cassés, un défaut d’alignement…

check d'une moto d'occasion avant l'achat
check d’une moto d’occasion avant l’achat

Les traces de chute

Une moto qui a déjà frotté le bitume peut cacher des dommages insoupçonnés comme un défaut de parallélisme, une géométrie du cadre faussée, etc. Raison pour laquelle il est important de scruter les traces de chute. N’hésitez pas à en tenir compte dans votre négociation.

  • Une bécane qui s’est déjà retrouvée à terre se reconnaît entre autres par la présence de traces de gravillons ou de fissures sur le cadre.
  • Le guidon peut aussi être légèrement déformé. Pour le vérifier, il suffit de le braquer à fond de chaque côté. S’il touche le réservoir, c’est mauvais signe. Cela veut dire que le guidon n’est plus droit.
  • Un autre test consiste à mettre le guidon en buté. Mesurez ensuite l’espace sous le commodo avec vos doigts. Une différence entre les deux côtés laisse à penser que la moto a subi un choc violent.
  • Examinez également la fourche et ses tés. Assurez-vous que les tubes de fourche soient en bon état. Tous les ergots des butées de direction doivent être visibles.
  • N’oubliez pas de jeter un œil dans le réservoir. Si vous y voyez des traces de rouille, il est fort probable que la moto ait déjà chuté. En effet, cela signifie que le réservoir a fait l’objet d’une réparation. Il a fallu le remplir d’eau pour corriger les déformations. Ce qui explique les points de corrosion.

Attention aussi aux motos qui proviennent des moto-écoles. Ces bolides ont connu un bon nombre de chutes avant de se retrouver sur le marché des motos d’occasion. Méfiez-vous même si la bécane est récente.

En général, ces bolides sont reconnaissables par la présence de traces de pare carter sur le cadre et au niveau du moteur. Il s’agit le plus souvent de motos de petite cylindrée.

Les éléments électriques

  • En ce qui concerne les équipements électriques, assurez-vous que tout fonctionne correctement. Si vous convoitez un scooter électrique, accordez une attention particulière à l’état de la batterie.
  • Est-ce que celle-ci permet le démarrage sans difficulté de la moto ? Est-ce que les phares et les voyants du tableau de bord s’allument ? Est-ce que les phares et les clignotants fonctionnent ?
  • Jetez également un œil au bac à batterie et sur les cosses. La présence de dépôts blanchâtres traduit un problème de rétention de charges ou l’arrivée en fin de vie de la pièce.

Vérifier la mécanique

Pour s’assurer que la moto fonctionne bien, quelques contrôles mécaniques sont recommandés. Si vous ne vous y connaissez pas beaucoup, pensez à demander à un ami ou à un mécanicien de vous accompagner pour effectuer ces vérifications.

  • Commencez par les commandes. Testez la poignée d’accélération et d’embrayage, les leviers de vitesse, les freins. Contrôlez aussi le niveau des différents liquides. Moteur à froid, vérifiez entre autres le liquide de frein, l’huile moteur, l’huile de transmission et le liquide de refroidissement.
  • Au niveau de la transmission, vérifiez si la chaîne est propre, bien huilée et correctement tendue. La présence de points durs ou de traces de rouille signifie qu’un remplacement est à prévoir dans un futur proche.
  • Ne manquez pas de jeter un œil à la suspension, il ne doit y avoir aucune fuite au niveau des joints.
  • N’oubliez pas d’examiner le moteur. Partez à l’affût des signes qui indiquent que le moteur a pu être malmené ou trafiqué. Une fuite d’huile, des vis ou des boulons manquants ou inadaptés doivent vous alerter.
  • Prenez aussi le temps d’écouter le son du moteur. Démarrez la moto et observez si le moteur répond instantanément. Méfiez-vous du moindre bruit bizarre et des cliquetis. Une fumée épaisse traduit également de profonds dysfonctionnements.
  • Enfin, pensez à tester l’embrayage de la moto. Sur les bécanes à embrayage par câble, une garde de 10 mm environ doit être respectée. Sur les sportives à commande hydraulique, un test routier est recommandé. C’est l’occasion d’observer le comportement de la moto et d’apprécier les sensations qu’elle procure. Soyez notamment attentif aux à-coups, les impressions de patinage, les décalages et les faux points morts lors des passages de vitesses.
  • Profitez de cet essai routier pour tester les freins, les amortisseurs et la performance du véhicule.

Toutes ces vérifications ont pour but de vous permettre de réaliser un achat gagnant. L’objectif étant d’acheter une moto d’occasion demandant le moins de révisions possibles.

Pour acheter à un juste prix, gardez en tête que chaque faille que vous constatez offre un argument pour négocier le prix de vente, surtout si la défaillance concerne des pièces coûteuses.

Il faut savoir qu’il est possible de porter la négociation autrement que sur le prix. Vous pouvez par exemple demander au vendeur de remplacer l’élément défectueux.

En tout cas, pour être en mesure de mener à bien vos négociations, pensez à vous informer sur le prix des pièces motos d’occasions. Pour cela, vous pouvez consulter des sites de casse moto.

Votre avis sur cet article
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.