L'HOMME TENDANCE

L'homme Tendance: blog lifestyle pour hommes trendy, urbain, hypster, bobo,dandy gentlemen bikers

Le CBD est désormais ajouté à la base de données CosIng de l’UE

cbd

En février 2021, la Commission européenne (CE) a autorisé l’utilisation du CBD naturel dans la formulation de produits cosmétiques. Cette décision faisait suite à une décision de justice de novembre 2020 selon laquelle la substance n’était pas un stupéfiant.

Cependant, plusieurs professionnels et experts de l’industrie cosmétique ont précédemment déclaré que la réglementation concernant les produits à base de CBD n’était pas claire.

Quelle est la différence entre le CBD synthétique et le CBD naturel ?

Quelle est donc la différence entre le CBD synthétique et le CBD naturel ? Eh bien, la plupart des suppléments en vente libre que vous achetez ne sont pas des substances organiques. Bien qu’ils soient fabriqués en laboratoire, ces composés sont à peu près identiques à leurs homologues naturels.

De même, le CBD synthétique est fabriqué en laboratoire à l’aide de produits chimiques et de biomolécules. Cependant, il est bioidentique au cannabidiol dérivé de la plante de chanvre. En outre, il agit sur l’organisme de la même manière que son homologue naturel.

Si vous fabriquiez des cosmétiques à partir de ce composé naturel, les produits contiendraient probablement une faible concentration de CBD.

Pire encore, ils pourraient contenir des traces de tétrahydrocannabinol. De nombreuses juridictions considèrent le CBD qui contient plus de 0,2 % de THC comme un stupéfiant, y compris le Royaume-Uni. C’est pourquoi plusieurs pays de l’UE imposent des mesures strictes à la vente de produits tels que l’huile de CBD. Au contraire, la réglementation européenne ne qualifie aucun produit synthétique à base de CBD de stupéfiant.

Qu’est-ce qui a changé ?

Essentiellement, la direction générale du marché intérieur, de l’industrie, de l’entrepreneuriat et des PME de la CE a ajouté deux nouvelles substances à la base de données EU CosIng. Il s’agit de leur base de données contenant des informations sur les substances et ingrédients cosmétiques, ainsi que sur leurs utilisations.

Il s’agit notamment du cannabidiol d’origine naturelle provenant de la feuille et d’autres parties de la plante Cannabis Sativa L.

La première entrée est le CBD dérivé d’un extrait, d’une résine ou d’une teinture de chanvre. Il a notamment des fonctions anti-sébum, antioxydante, et de conditionnement et de protection de la peau.

La deuxième entrée est l’extrait de feuille de cannabis sativa. De même, ses fonctions incluent le conditionnement de la peau et il est également utilisé comme adoucissant pour la peau.

Ces changements ont-ils été effectués ?

Jusqu’en février 2021, la base de données CosIng n’avait autorisé que le CBD synthétique. Cependant, le règlement de l’UE sur les cosmétiques autorisait l’utilisation du CBD dérivé des feuilles, des tiges et de certaines autres parties de la plante de cannabis.

Une autre confusion est apparue concernant les extraits de fleurs de chanvre. Alors que la plupart des États membres ont interdit le CBD dérivé des fleurs, certains l’ont autorisé.

Actuellement, la base de données CosIng répertorie le CBD naturel dérivé de la résine ou de l’extrait de cannabis et des feuilles comme des ingrédients cosmétiques distincts.

Que signifie ce nouveau développement ?

L’ajout de ces deux ingrédients naturels de CBD au catalogue ouvre une nouvelle ère dans l’industrie cosmétique.

Tout d’abord, il clarifie la réglementation autour de l’utilisation de ces composés dans la fabrication de cosmétiques. Aussi, davantage de fabricants vont certainement utiliser le CBD dans la production et à plus grande échelle.

En outre, la mise à jour de la réglementation peut susciter un investissement plus important dans la recherche, l’innovation et le développement de produits à base de CBD.

Les grands acteurs de la cosmétique vont probablement investir davantage dans le développement de marques nouvelles et indépendantes. Ils pourraient également étendre leurs lignes de produits actuelles. Par conséquent, cette situation pourrait accroître l’intérêt des consommateurs et la demande de produits. 

Avant la modification de la réglementation européenne, les fabricants et les responsables du marketing avaient du mal à gérer l’approvisionnement en CBD et en produits dérivés.

Ils devaient s’engager dans des discussions longues et complexes avec plusieurs entités avant de fabriquer ou de commercialiser ces substances. Il s’agissait notamment d’investisseurs, de régulateurs, de grossistes, de détaillants et d’agents de paiement.

5/5 - (1 vote)
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.