L'HOMME TENDANCE

L'homme Tendance: blog lifestyle pour hommes trendy, urbain, hypster, bobo,dandy gentlemen bikers

Avis spectacle musical « EST-CE QUE J’AI UNE GUEULE D’ARLETTY ? »

Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ?

Coup de cœur pour le spectacle musical « Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ? », actuellement au théâtre Michel.

Lorsque je reçois une invitation pour le spectacle qui se joue au Théâtre Michel, j’accepte volontiers (mon côté découverte), je ne me renseigne pas avant sur la pièce (mon côté aventurier) me laissant séduire par la mention 2 Molières qui domine l’affiche (mon côté bon public). Défi relevé (mon côté joueur).

spectacle musical « EST-CE QUE J’AI UNE GUEULE D’ARLETTY ?
Spectacle « EST-CE QUE J’AI UNE GUEULE D’ARLETTY ? – 2 Molières amplement mérités pour le spectacle musical et Elodie Menant.

Le rideau se lève, une silhouette se place en spectateur et annonce – d’un fort accent parigot :

« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, bienvenue aux Folies Arletty ! Ce soir, je passe ma vie en revue ! ».

Et voilà que la salle est transportée dans un voyage dans le temps qui débute en 1898, lorsque Léonie Bathiat – qui deviendra plus tard Arletty – vient au monde dans une modeste famille de Courbevoie.

La vie d’Arlett

Le spectacle est un panorama qui balaye la vie de la vedette racontée par elle-même : de son enfance bercée par l’amour inconditionnel de ce père qui lui rabâchera toujours de lutter pour être une femme libre (ce qu’elle fera jusqu’à la fin de sa vie), son d’admiration pour le chant, une première guerre mondiale, son travail à l’usine, la naissance du personnage d’Arlett, ses rêves d’être une artiste, ses premiers pas sur scène – Arletty est née !

le succès, les rencontres avec les grands noms de l’époque (Sacha Guitry, Colette, Chanel, Jacques Prévert…), le théâtre puis le cinéma, encore le succès, une seconde guerre mondiale qui fera de celle qui aimait dire « mon cœur est français mais mon cul est international » non plus la femme la plus invitée de Paris mais la plus évitée…

Le tout ponctué de ses amours qui l’ont rendue tant heureuse et tant triste (ces hommes perdus à la guerre). Elle s’éteindra à Paris à l’âge de 94 ans après avoir joué dans les grands chefs d’œuvre de l’époque (Les enfants du paradis, Hôtel du nord, Les visiteurs du soir, Le jour se lève…).

Une belle prouesse artistique

Sur scène une épatante Elodie Menant – qui est également la co-autrice du spectacle avec Eric Bu – nous transporte dans l’univers d’Arletty qu’elle interprète magistralement.

Elle est accompagnée de 3 autres acteurs tout aussi brillants qui jouent…pas moins de 35 autres personnages ! – chacun avec sa particularité. Une véritable prouesse artistique ! Le tout est fluide : on passe d’une ambiance à l’autre, d’une époque à la suivante et d’un personnage à un nouveau de façon harmonieuse et intelligente.

Les quasi deux heures du spectacle passent tellement vite qu’on en redemanderait : encore un épisode de la vie de cette immense artiste qui a toujours été libre et « n’a jamais voulu être dérangée par ce spectateur qui ronfle au fond de la salle ». Rideau !

Infos et réservations >>

Votre avis sur cet article
Show More

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.